Comment est mort Jacques Stéphen Alexis

Plus de deux cents ans se sont écoulés depuis son indépendance, et Haïti demeure fin derrière le monde en développement. Maintenant que nous sommes entrés dans une phase nouvelle et étrange en Haïti, peut-être le plus bas jamais, de sporadiques enlèvements, meurtres, à une société de non-droit, devons nous s’asseoir et attendre pour les solutions d’une communauté internationale douteuse ? Ou devons nous chercher nos propres solutions à nos problèmes actuels ? Le pays qui a été le modèle pour les amoureux de la liberté maintenant se trouve dans un genre différent d’une lutte, une lutte où la pauvreté, la sécurité publique, l’éducation et le chômage devient l’ennemi de la base de ses habitants.

Que faire pour éradiquer les problèmes rampantes d’Haïti ? Où devrions-nous commencer ? Ou devrions nous même pas la peine ? D’autres, dont je fais partie, prétendent que, entre autres choses, système de partis politiques d’Haïti est une menace pour sa stabilité politique. Ainsi, nous ne pouvons pas tourner le dos à Haïti. Nous devons aider à contrôler et réduire les problèmes d’Haïti.

Comment est mort Jacques Stéphen Alexis

Le pays de Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines, Mackandal, après tout, ma terre a amassé tellement politiques mystères qui me demande souvent où commencer dans le processus de résolution de ses dilemmes. Bien que j’ai du mal à cerner les vraies raisons derrière les problèmes d’Haïti, ne pas dans le but de chercher des solutions possibles est l’ajout à sa misère. Je dirais que l’une des raisons pourquoi Haïti est à la traîne derrière le monde en développement est la faiblesse de son système de parti politique. En fait, il semble que le système des partis politiques d’Haïti a grandement contribué à l’impasse actuelle.

Comment est mort Jacques Stéphen Alexis

Après la chute du Président Jean-Claude Duvalier, les partis politiques sont sont multipliés dans tout le pays. Haïtien « leaders » de partout dans le monde, surtout depuis les États-Unis, la France et le Canada ont envahi les rues de Port-au-Prince dans l’espoir de réussir des Duvalier. C’était un « marathon » à la présidence. Une telle attitude est alors compréhensible car il y avait un vide dans le système politique haïtiens. Cependant, je crains qu’il continue jusqu’à aujourd’hui.

Pour se moquer des gens, le mot dans les rues d’Haïti n’était alors « aucuns plusieurs présidents pour la vie ». Alors que les « leaders » sont appelant à des changements et « en disant » non au Président à vie, ils ont été élus pour la vie au sein de leurs propres partis politiques. N’est pas ce ironique ? Nous pouvons prendre RDNP/Lesly F. Manigat, MDN/Hubert Deronceray et KONAKOM/Victor Benoit comme exemples des dirigeants qui sont élus pour la vie au sein de leurs partis politiques.

C’est un égo présidentiel qui est leur conduite si aveuglément que personne ne semble remarquer la levée de boucliers des Haïtiens au système de parti politique. La vérité est que ces « chefs » prendrait une période cinq ans sabbatique du public après avoir perdu une élection présidentielle, cependant, s’il y a un coup d’Etat, ils seraient refont surface dans l’espoir d’être offert à la présidence.

Je suis vraiment certain que seul but de ces « leaders » est en train de gagner une élection présidentielle. Il n’y a aucune preuve pour soutenir le contraire. Ces « chefs » ci-dessus aurait pu être législateurs remarquables ou grands maires mais, en Haïti, il y a un mythe à propos de la présidence. Il faut devenir président de prouver son patriotisme ou de prouver qu’il peut faire pour la République.

Cela dit, je dirais que la réforme du parti politique est nécessaire et doit avoir lieu en Haïti, car nous ne pouvons laisser un tel système faible et mal organisé à décider de l’avenir du pays. J’ai parler de l’avenir du pays car ; Je crois que le bien-être d’Haïti est fondamentalement reposer sur la direction prise par son système de parti politique. Il est également vrai pour la stabilité politique à long terme avoir lieu en Haïti. En fait, la stabilité politique à long terme en Haïti est subordonnée à une réforme complète de parti politique.

Le système actuel est problématique et une invitation à vote de défauts et de chaos qu’il s’est avérée pour être le cas. La question est pourquoi tant de Parties ?

Il y a plus de soixante-sept partis politiques dans un pays des millions âmes environ huit et demi. Il s’agit d’un nombre impressionnant qui tend à se développer chaque jour. Bien qu’organisé avec succès, la dernière élection présidentielle en Haïti s’est révélé la faiblesse des partis politiques à concourir. Parmi 34 candidats en lice pour le Bureau de la présidence en février 2006, 33 d’entre eux classés sur le bas 13 % des suffrages comptabilisés. Ce que cela suggère est qu’une victoire pour le Président Préval pourrait très bien être une perte pour Haïti, c’est-à-dire, en l’absence d’un processus politique fort, le gagnant est réputé pour être non pertinent.

À Cause De Tant De Candidats

À cause de tant de candidats, le processus politique devient une plaisanterie et, très franchement, la plupart des Haïtiens ne sont pas disposés à rire à la tristesse d’Haïti ; et donc ils seraient rester à la maison et ne participe pas au processus électoral. Ainsi, la légitimité du vote sera toujours interrogée. Considérant que, y a-t-il un système de trois ou quatre partis politiques, les électeurs auraient une plus grande influence dans le choix de la figure d’autorité plus haute de la terre.

Comme Haïti tente de se remettre sur les rails, avec le nouveau gouvernement élu de Preval/Alexis, il n’existe pas de meilleur moment pour contester le système des partis politiques d’Haïti. Ce gouvernement devrait faire réforme de parti politique une de ses priorités afin que la stabilité politique à prendre place en Haïti. Malheureusement, en Haïti, si on est en désaccord avec tous les partis politiques existants, il va recueillir quelques amis, parfois réactionnaires et former son parti politique.

Cette pratique est inacceptable et il doit être arrêté la parol en archipel. La plupart des partis politiques d’Haïti sont franchement ce qui est connu pour être l’Organisation des pairs et des associés plutôt que des partis politiques. Nous devons établir une distinction claire entre un parti politique et une organisation des gangsters.

  • Un parti politique implique la sagesse large plutôt que le savoir-faire
  • De quelques individus d’esprit étroit dont seuls besoins essaient de gagner leur vie et gagner une élection présidentielle.
  • S’engager en politique est n’est plus vu comme un moyen de gagner sa vie
  • Le nombre de partis politiques d’Haïti sera considérablement diminué

Ce que je veux dire ici, c’est que, quand la vie devient insupportable en Haïti, on forme un parti politique comme un moyen d’aborder les difficultés de la vie. Impossible de continuer cette pratique car il va ruiner le pays pour le point de non retour et nous devons donc demander une réforme complète de parti politique en Haïti.

Share Button

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.