Réponse d’Amin Maalouf au discours de réception de Dany Laferrière

Le peuple haïtien, apparemment contrarié par la classe politique dite, mettre au pouvoir quelqu’un sans aucune préparation que ce soit pour diriger le pays. Comme dans toutes les vraies démocraties, ceux d’entre nous qui pensent différemment de la majorité sont laissés d’autre choix que d’accepter le verdict de la majorité : vox populi vox dei. Toutefois, accepter le verdict de la majorité ne signifie pas que nous devrions accepter toutes les initiatives du nouveau président.

  • Le Président Martelly s’est engagé à offrir un enseignement gratuit à tous les enfants haïtiens, qui est une excellente idée en elle-même et.
  • Il y a, en effet, un besoin pressant pour tous les enfants haïtiens de s’instruire.
  • Il y a aussi un besoin urgent de voir tous les Haïtiens ont accès aux soins de santé, se sentir en sécurité dans le confine de leurs maisons comme dans les rues
  • Il y a un besoin urgent de préserver l’environnement du pays qu’il y a un besoin urgent de réduire drastiquement le taux de chômage.
  • Toutes ces choses sont des nécessités qui doivent être abordées.
  • Il ne prend pas un génie pour identifier ces nécessités. Une fois les besoins identifiés, il incombe à nous de savoir lequel d’entre eux pour donner la priorité.

Dans un discours prononcé à Washington en compagnie du Secrétaire d’Etat Hilary Rodham Clinton quelques jours avant son investiture, le Président Martelly a déclaré que « Haïti est ouvert aux affaires ». Il n’y a rien de scandaleux de faire une telle déclaration, sauf que Haïti n’est pas prête encore à attirer tout type d’investissement. Haïti a deux problèmes majeurs qui doivent être réglés immédiatement afin d’attirer les grandes entreprises : la question de l’insécurité et la question de l’illettrisme.

Réponse d’Amin Maalouf au discours de réception de Dany Laferrière

Les investisseurs doivent être assurés que si ils expédient leurs affaires à Haïti, ravisseurs, voyous, gangsters et gangsters n’attaquera pas eux, saccager leurs affaires, ou les tuer. Les investisseurs ont besoin pour s’assurer que si ils expédient leurs affaires en Haïti qu’ils rencontreront une main-d’oeuvre qualifiée, un, grâce à sa capacité à lire et à écrire, peut au moins suivre les instructions élémentaires.

Ce qui devient évident, donc, c’est que Haïti doit s’adapter à la situation du moment, sa force de police. Les forces de police d’Haïti a été trop réactive ou même passive dans une large mesure ; autrement dit, attend le pire arrive et puis aller après les auteurs de crimes. Il y a clairement un besoin pour un glissement vers une force de police préventive, celle qui arrête le crime avant il se passe réellement.

Étant donné que la plupart des crimes commis en Haïti sont le crime organisé, il est nécessaire pour la police d’infiltrer les gangs. Infiltrer les gangs signifie que les policiers n’ont en leur sein un détective, mais aussi un élément de renseignement faire le genre de travail le FBI fait aux États-Unis. Si cela pouvait être établie par voie législative de manière à empêcher le pouvoir exécutif du gouvernement de politiser la police ou la communauté du renseignement, le taux de criminalité pourrait être considérablement diminué, stimuler la confiance des investisseurs les et étrangers.

Dans son discours d’investiture, le Président Martelly survendu le pays en parlant de ses « plus de ciel » et son « meilleur de soleils », qui était un geste pour dire au monde à venir visiter le pays. Comment promouvoir le tourisme dans un pays où les bandits sont plus puissants que la police ? Tourisme, dans une large mesure, va de pair avec la sécurité.

Investisseurs voudraient probablement venir à Haïti pour construire des hôtels les plus luxueux, de développer les plus belles plages en raison de la réputation d’Haïti de certains des meilleurs sables ayant dans le monde, mais l’insécurité rampante a empêchés de le faire. Monsieur le Président, Mots seuls ne convaincra pas les investisseurs ; ils ont besoin de voir des actions sur le terrain.

Ainsi que l’amélioration de la sécurité du pays, le gouvernement devrait chercher à classer par ordre alphabétique de tous les adultes, ce qui pourraient arriver dans un ou deux ans après le cubain ou le nicaraguayen modèle. Ce type d’investissement dans les ressources humaines du pays fournirait quelques retours assez rapidement.

Par rapport à l’accent mis sur l’envoi de tous les enfants à l’école, qui est un investissement à long terme, le programme d’alphabétisation serait prêt à des millions d’adultes pour le marché du travail à court terme. Si nous voulons réussir dans toute décision que nous faisons, nous avons besoin pour la voir en termes d’argent et de sens. Obtenir tous nos adultes alphabétisés automatiquement nous donne un avantage sur un certain nombre de pays de la région d’un point de vue concurrentiel.

Par conséquent, les investisseurs qui prendraient normalement l’essentiel de leur activité, dire, Jamaïque ou en République dominicaine, pense aussi d’Haïti. Bottom line : certaines solutions rapides doivent être prises avant de nous embarquer ces solutions à long terme à nos problèmes ; un de ces miracles est de mettre sur pied un programme d’alphabétisation.

M. Martelly et le gouvernement, qu’il s’apprête à mettre sur pied doivent savoir qu’il peut être bon d’être un populiste que pendant la campagne électorale. Une fois la campagne électorale en cours, les dirigeants doivent conduire en prenant des décisions qui sont vraiment dans le meilleur intérêt de la nation.

Le peuple haïtien est pauvres et désespérées ; ils ont besoin de voir leur état amélioré plus tôt plutôt que plus tard ; et l’amélioration rapide de leur état ne se ne fera pas si envoyer les enfants à l’école continue d’être la priorité absolue du gouvernement actuel. Nous allons pas tromper nous-mêmes ; Il faut au moins sept ans pour un enfant à sortir de l’école primaire dans le système scolaire actuel, et l’enfant doit attendre jusqu’à l’âge adulte pour entrer dans le marché du travail.

Share Button

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.