Le site qui fait trembler le gouvernement Haïtien

Aujourd’hui, il ya un an 290 000 personnes sont mortes dans un tremblement de terre qui les cicatrices encore la vie des Haïtiens.

Le 12 janvier 2010 un séisme de 7,0 magnitude a secoué Haïti et écrasé une résidences environ 250 000 et 30 000 bâtiments commerciaux.

Le site qui fait trembler le gouvernement Haïtien

Plus 1 million de personnes ont été laissées sans abri, dont 380 000 enfants, et l’ONU estime que 650 000 personnes encore vivront dans des camps de réfugiés à la fin de 2011.

Le site qui fait trembler le gouvernement haïtien

Moins de cinq pour cent des décombres créés par le tremblement de terre catastrophique a été effacé.

Selon l’aide groupe Oxfam, seulement 15 pour cent du logement temporaire qui est nécessaire a été construit et relativement peu d’eau et assainissement installations permanentes ont été construites.

Le gouvernement haïtien a reçu $ 824 millions de la $ 4,6 milliards promis par les donateurs internationaux lors d’une conférence de New York. Le reste est mis en gage pour être reçu à la fin de 2011.

Un total d’environ $ 10 milliards ont été versé depuis partout dans le monde depuis que la catastrophe a frappé.

Les experts estiment qu’il y a assez gravats pour combler des camions garés pare-chocs à pare-chocs à mi-chemin dans le monde entier.

Parol en Archipel: À capitale d’Haïti, Port au Prince

À capitale d’Haïti, Port au Prince, des milliers d’Haïtiens vivent dans des tentes autour de Champs de Mars, place centrale de la ville.

  • « J’ai entendu parler au Champs de Mars, l’aide à la télévision, mais nous nous ne l’avons jamais vu. Nous n’avons aucun moyen de sortir,”55 ans Ginelle Pierre Louis dit Dailymail.
  • « Les diplomates traversent dans l’air, des hélicoptères, mais ils viennent jamais ici sur le terrain, » a déclaré Hyacinthe Mintha, 56, un résident du Champs de Mars, qui donne sur le palais présidentiel fortement endommagé.

Les femmes et les jeunes filles vivant dans les camps de réfugiés de 1 200 dans la crainte d’Haïti d’être violée dans la nuit.

« Le gros problème que nous avons dans les camps, maintenant, c’est qu’ils sont vraiment pas bien éclairés la nuit où un grand nombre de ces viols se produisent, » porte-parole Marie Devla a déclaré à la BBC.

« Parfois, nous avons des cas où des filles aussi jeunes que quatre ou cinq ans sont violées. »

Les citoyens du pays désemparé peuvent maintenant seulement attendre que leur vie en lambeaux est fixés lentement du désastre naturel extraordinaire qui a eu lieu il y il y a 365 jours.

Share Button