Haïti: Max Beauvoir, le chef suprême du vaudou est décédé

Posted on

Nous poursuivons notre exploration du célèbre (infâme) Voodoo prêtres et prêtresses avec le premier membre de cette collection qui vit encore aujourd’hui avec Max Gesner Beauvoir, un gentleman qui combine l’étude scientifique à la pratique religieuse. Comme jamais, c’est notre espoir que vous augmenter votre propre compréhension de l’art du vaudou en s’engageant avec ces histoires de travers les âges et vous aider à envisager le pouvoir vous êtes brandissant lorsque vous demandez à notre propre prêtre à une cérémonie en parol en archipel.

Haïti: Max Beauvoir, le chef suprême du vaudou est décédé

Beauvoir est né le 25 août en 1939 en Haïti et a été l’un des nombreux enfants haïtiens de cette génération qui a profité d’avoir une plus grande mobilité à la suite des avantages sociaux et financiers accrus qui continue de s’améliorer tout au long de sa vie, filtrage vers le bas pour inclure plus de gens. Il déménage aux États-Unis et a étudié au City College of New York. Avec un compétence de base en chimie, dont il a ensuite construit un diplôme supplémentaire en biochimie de l’Université un autre environ 4 ans plus tard, il obtient son diplôme en 1958.

Il poursuit son travail d’universitaire en cours magistraux et en supervisant des équipes avec une variété de mémoires, spécialisée dans la synthèse des plantes. Malgré le caractère public de sa vie, on sait peu de l’implication qu’il avait dans le vaudou à ce stade, mais une fois que son père est décédé en 1973 il revint à Haïti et c’est a partir de là que son implication dans la religion a sensiblement augmenté.

Haïti Max Beauvoir, le chef suprême du vaudou est décédéNous pouvons conjecturer que (et il semble probable) qu’il y a un lien entre un désir de rester spirituellement connectée au monde autour de lui et le décès de son père (Rappelez-vous, Voodoo vrai n’est pas de parler aux morts malgré ce que vous pourraient dire films). Peut-être qu’il voulait avoir plus d’une influence positive sur la Communauté par le biais de prendre soin de leur santé spirituelle, mais c’est purement la spéculation étant donnée la manière très privée avec Beauvoir mène ses affaires personnelles.

Il fonde un Hounfour: Parol en Archipel

  • Il fonde un Hounfour (temple vaudou) dans sa ville natale, qui servait aussi de la clinique médicale pour les riverains.
  • Il ya toujours eu des liens entre la guérison et le vaudou avec la croyance que la maladie vient au moyen d’actions d’AIO malveillant.
  • C’était un moment occupé et difficile d’être un prêtre comme l’arrêt famille Duvalier ont participé à un régime un peu tumultueux.
  • En vérité, Beauvoir aurait été dans la ligne de mire si ce n’était le fait qu’il était houngan, comme un agitateur majeur
  • Il aurait presque certainement été un de ceux à payer de leur vie
  • Mais le respect pour sa puissance et de la religion en général est telle que personne ne pourrait porter un coup de main sur lui

Dans le même temps, il a continué à pousser aux universités d’être pris au sérieux par plusieurs résidents haïtiens et a créé un groupe d’études et de recherches sur la Tradition africaine. Sachant que l’une des rares choses susceptibles d’inspirer sa communauté à embrasser l’étude a été de leur histoire, et cela signifiait également qu’ils étaient capables de s’engager avec les aspects religieux de leur passé qui comprenait bien sûr Voodoo.

Ce fut un mariage étrange de la science et la religion d’un homme qui incarne l’esprit de tous les deux, à savoir de sa propre expérience les avantages d’être ouvert à la fois des positions apparemment juxtaposées. Beauvoir a été chanceux par haïtiennes normes tout au long de sa vie, mais cet homme doucement parlé d’universitaires et de vaudou a été une voix forte pour un changement positif tout au long de sa vie pour toutes les personnes atteintes du patrimoine africain.

Mon nom est grand-prêtre Jean Emmanuel, et je viens d’une longue lignée de praticiens du Voodoo. Avec chaque génération de perfectionner et de perfectionner leurs compétences, mes sorts et malédictions sont parmi les plus puissants qui peuvent être trouvés n’importe où. Mon grand-père n’était pas le premier praticien vaudou, mais sa réputation lui le produit. Désigné par ses partisans comme (traduction approximative) « Le grand-prêtre de tous c’est savoir » il passa lentement ses compétences à moi.

Share Button

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *